• J'ai galopé aussi vite que j'ai pu, mon inquiétude était grande, comment Iseult et Drogon avaient pu abandonner leurs enfants, seul un malheur pourrait les pousser à faire cela, ce n'était point possible autrement.

    Le jour était enfin lever quand je suis arrivé à proximité de leur demeure, en m'approchant je constate que le cheval de Drogon n'était pas présent dans son enclos, aucun bruit n'émaner de la maison.

    Je suis descendu de cheval et je l'ai attaché à la clôture, je ne souhaiter pas prendre le risque qu'il s'enfuit si l'orage éclate.

    Chapitre 97

    J'ai frappé à la porte, mais après quelques instants personne n'ouvrit.
    Je me décide à entrer, tout en criant le nom de mon fils et celui d'Iseult.

    En pénétrant à l'intérieur, je constate qu'il n'y a personne, aucun bruit, le silence m'inquiète grandement.

    Athalaric - Drogon ! Iseult ! "Criais-je de plus belle"

    Chapitre 97

    Toujours aucune réponse, Iseult est peut-être souffrante, la naissance a peut-être était compliquée, Drogon à déposer les enfants chez nous, le temps d'aller au village chercher un remède.

    Je suis alors allé voir à l'étage.

    Athalaric - Iseult, es-tu là ? "Criais-je encore"

    Le silence était pesant, je suis donc rentré dans les deux chambres, mais il n'y avait personne.

    Chapitre 97

    C'est anxieux que je redescends à vive allure, je dois savoir ce qu'il se passe, ils ne peuvent pas avoir disparu sans laisser de traces.

    Mais en sortant, mon regard se pose sur un tas de terre entouré de pierres qui se trouve un peu plus loin.

    Je m'avance et là plus de doute, c'est une tombe, surement pas le travail d'une femme.

    À cet instant, je comprends finalement la situation, Iseult avait surement dû mourir en couche et Drogon dans son chagrin nous a confié ses enfants.

    Mais lui, où a-t-il pu disparaitre !

    Chapitre 97

    J'ai essayé quelques instants de réfléchir où il avait bien pu disparaître, puis il me vient une idée.

    Il avait surement dû vouloir noyer son chagrin dans l'alcool à la taverne du village.

    J'ai alors enfourché mon cheval à toute vitesse et j'ai pris la route vers le village, quand soudain, là, le long de la rivière, le cheval de Drogon.

    Je suis alors descendu de cheval et j'ai regardé tout autour de moi, espérant trouver mon fils.

    Athalaric - Drogon ! "Criais-je"

    Chapitre 97

    J'ai crier à plusieurs reprises mais je n'ai eu aucune réponse.

    Quand soudain malgré les bruits de la pluie sur l'eau, un bruit différent m'interpelle.

    Je me suis alors avancé au bord de l'eau et là au fond, le corps de Drogon.

    Chapitre 97

    Son corps paraissait sans vie et pourtant celui-ci ne flotter pas à la surface.

    C'est pris de panique que j'ai alors plonger pour le remonter, mais cela ne fût pas chose facile, son pied était attacher à une corde avec au bout de celle-ci une pierre.

    Chapitre 97

    Quand j'ai enfin réussi à le remonter à la surface, je n'ai pû que constater la mort de mon fils.

    Je suis rester un moment là, à le tenir dans mes bras en pleurant.

    Après un long moment j'ai placer son corps sur son cheval et je l'ai emmener jusqu'à la tombe d'Iseult.

    Je l'ai alors enterrer dignement au côté de son épouse.

    Chapitre 97

    ---------------------------------------------

    Suite au prochain chapitre.

    ---------------------------------------------

    J'espère que ce chapitre vous a plu, n'hésitez pas à laisser un petit commentaire sur le blog, cela me permettra de voir quelles sont les personnes qui suivent encore mes histoires.

    Merci de votre visite.


    3 commentaires
  • Le lendemain, peu avant le levé du soleil.

    Chapitre 96

    Il faisait encore nuit et la pluie tombe de plus belle quand je fus réveillé par Aurore.

    Aurore - Athalaric , Athalaric "Dit-elle en me secouant"

    J'ouvris alors les yeux, elle était là début à côté du lit, l'air inquiète.

    Athalaric - Que se passe-t-il ma douce. "Dis-je en me réveillant péniblement"

    Aurore - N'entends-tu pas ? Il y a un bébé qui pleure dehors.

    Athalaric - Qu'est-ce qu'un bébé ferait dehors en pleine nuit ? Cela doit être ton imagination. "Dis-je en m'asseyant"

    Chapitre 96

    Aurore - Non, écoute bien. "Insista-t-elle"

    Quand soudain les pleurs arrivèrent jusqu'à mes oreilles.

    Chapitre 96

    Athalaric - Tu as raison, on dirait que les pleurs sont à notre porte.
    Reste ici, je vais aller voir.

    Je sortis alors rapidement de la chambre et descendit à vive allure.
    Les pleurs étaient de plus en plus forts, confirmant qu'ils venaient bien de derrière la porte.

    Chapitre 96

    Quand j'ouvris enfin celle-ci, j'étais sous le choc.
    Bathilde était assise par terre à côté d'un berceau contenant un nouveau-né.

    Athalaric - Aurore, descends prestement. "Criais-je"

    Chapitre 96

    En attendant Aurore, j'entrepris de bercé le bébé, mais impossible de le calmé, il devais être affamé.

    Quelques instants plus tard, la porte s'ouvrit.

    Aurore - Qu'est ce que Bathilde fait ici et ce bébé à qui appartient-il ? "Dit-elle surprise"

    Athalaric - Cela doit être le dernier né de Drogon.

    Aurore - Iseult ne devait pas donner naissance avant plusieurs jours et pourquoi aurait-elle laissé ses enfants ici en pleine nuit ?

    Athalaric - Prends le bébé et nourris le, j'ai l'impression qu'il n'a point été nourri correctement. "Dis-je en le donnant à Aurore"
    Je vais rentrer Bathilde et le berceau, puis j'irai voir ce qu'il se passe avec Drogon et Iseult.

    Chapitre 96

    Après avoir installé le berceau du bébé à côté de celui de notre fils, j'ai enfilé rapidement une tenue et je suis allé chercher mon cheval pour prendre la route vers la maison de Drogon.

    Chapitre 96

    ---------------------------------------------

    Suite au prochain chapitre.

    ---------------------------------------------

    J'espère que ce petit chapitre vous a plu, n'hésitez pas à laisser un petit commentaire sur le blog, cela me permettra de voir quelles sont les personnes qui suivent encore mes histoires.

    Merci de votre visite.


    2 commentaires
  • Bonjour à tous, me voilà de retour après 1 an sans vraiment publier dans mes histoires, j'avoue qu'avec mon ancien ordinateur, j'avais perdu l'envie de jouer.

    Mais maintenant me revoilà avec un nouvel ordinateur et la motivation pour reprendre mes histoires sims 4 et d'ici quelque temps je reprendrai mon histoire sims 3 sur thème d'un legacy que j'avais laissé à l'abandon depuis plus de trois ans à la suite de nombreux bug de pc.

    N'hésitez pas à relire le chapitre >> précédent << pour vous remettre dans le bain.

    Certains objets et décors peuvent être différents, mais certains de mes anciens téléchargements ne fonctionnent plus à cause des différentes mises à jour du jeu survenues depuis ma dernière partie.

    Bonne lecture à tous et toutes et merci de continuer à suivre mes histoires.

    -----------------------------------------

    Je suis resté près de mon fils encore quelques instants puis je suis descendu pour m'occuper enfin de Bathilde.

    Chapitre 95

    En arrivant en bas, je la trouve endormie sur le banc.
    Quel mauvais père je fais, je ne suis même pas capable de mettre au lit ma fille.

    Drogon - Je vais vous trouver une autre mère avant d'aller rejoindre votre mère, j'en fais le serment. "Dis-je à voix basse"

    Chapitre 95

    Dehors il faisait maintenant nuit noire et la pluie a enfin cessé. Je suis alors sorti auprès d'Iseult. Voir sa tombe, refis coulé mes larmes, je ne suis point capable de vivre une vie entière sans elle.

    Pendant un long moment, je suis resté là, à pleurer et à réfléchir à quelle femme du village je pourrais confier mes enfants, je devais en trouver une capable d'allaiter mon fils. 

    Chapitre 95

    J'ai été tiré de mes pensées par les pleurs de mon fils, venant de la maison.
    Je suis alors rentré à toute vitesse, cette fois, il n'avait pas faim, mais sa couche été sale.
    J'ai alors entrepris de le changer, mais ce n'était pas sans difficulté, d'habitude c'était Iseult qui faisait cela.
    Je l'ai ensuite bercé un instant et je l'ai remis dans son berceau.

    Soudain j'ai eu une idée, je savais où déposer mes enfants, là j'étais certain qu'ils seraient aimés, protéger et surtout je pourrais rejoindre Iseult le coeur en paix.

    Chapitre 95

    Je suis descendu à toute vitesse, je n'avais point beaucoup de temps, j'ai alors préparé mon cheval, pour pouvoir transporter les affaires de mes enfants, tout doit être près pour que je puisse les déposer discrètement avant le chant du coq. Personne ne devra me voir, car je sais que s'ils découvrent pourquoi je fais cela, ils m'empêcheraient de rejoindre mon amour, mon âme soeur, Iseult.

    Chapitre 95

    J'espère que ce petit chapitre vous a plu, n'hésitez pas à laisser un petit commentaire sur le blog, cela me permettra de voir quelles sont les personnes qui suivent encore mes histoires.

    Merci de votre visite.


    4 commentaires
  • Suite du chapitre précédent.

    ------------------------------

    Après la mort d'Iseult, je suis resté un long moment assis à côté de son corps.
    Comment une telle chose avait pu se produire, cela aurait dû être un jour heureux, ma famille a déjà subi tellement de perte, on pourrait croire que d'avoir essayé de contourner la malédiction, nous sommes tous punis.

    Chapitre 94

    Cela faisait maintenant un moment que le bébé pleurait dans son berceau, je ne me suis pas encore occupé de lui depuis sa venue au monde, ni de ma fille d'ailleurs.

    Je me suis résigné à bouger, je me suis alors levée et je me suis dirigée vers le berceau.

    Chapitre 94

    J'ai regardé un instant cette petite chose se tordre dans tous les sens en hurlant.
    Il devait surement avoir faim, je n'ai pas la possibilité de le nourrir, à part du lait de chèvre, mais est-ce prudent de lui donner cela si jeune.

    Je l'ai pris dans les bras pour le consoler, ses cris se sont accentués ce qui m'a encore plus démuni.
    Sans Iseult, je serai incapable de m'occuper de lui et sa soeur.

    Chapitre 94

    Après avoir remis le bébé dans son berceau et nourris ma fille, j'ai était creuser la tombe de ma bien-aimée, je l'ai ensuite habillée de sa plus belle tenue, puis je l'ai mise en terre.

    L'enterré et lui dire adieu pour toujours a seulement arraché encore plus mon coeur, je maudis alors ce jour.

    Chapitre 94

    Je suis resté un moment près de la tombe d'Iseult, à pleurer et à imaginer plusieurs façons de mettre fin à ma vie pour la rejoindre.
    Quand une petite voix se mit à résonner dans ma tête, me rappelant qu'il y a mes deux enfants seuls à la maison.

    Je me suis alors ressaisi et je suis rentré chez moi, Bathilde était encore en train de jouer avec son canard en bois, toujours là où je l'avais laissée plus tôt.

    Mais à l'étage, la situation était différente, je pouvais entendre les hurlements du bébé.
    Je ne pouvais pas le laisser mourir de faim, jusqu'au petit matin.

    Chapitre 94

    Je suis alors sortir à toute vitesse pour prendre du lait à l'une de mes chèvres, quand cela fut fait, j'ai fait chauffer le lait puis je l'ai ensuite mis dans un récipient d'une forme pouvant ressembler un peu au sein de sa mère.

    Je me suis précipité à l'étage et je l'ai pris dans mes bras.

    Chapitre 94

    Après l'avoir embrassé, j'ai essayé de le nourrir, il lui a fallu un moment avant d'accepter, mais la faim été tellement forte qu'il a fini par boire.
    J'étais soulagé de le voir engloutir le lait, mais lui trouvé une mère serait meilleure pour lui.

    Chapitre 94

    Une fois bien rassasié, je l'ai remis dans son berceau, il était si paisible, Iseult m'avait offert le plus beau des cadeaux, mes enfants.
    Mon devoir de père, est de leurs donnés une meilleure vie, une que je serai incapable de leurs donnés, alors même si je les aime, je dois les abandonnés auprès de personnes capables de les aimés.

    Chapitre 94

    ----------------------

    J'espère que ce chapitre vous à plus.

    N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage sur le blog.

    N'hésitez pas à rejoindre la page Facebook, pour être informé de chaque publication.


    5 commentaires
  • Chapitre précédent en date du 11 février ici pour ceux qui ne l'aurait pas encore lu.

    ---------------------------

    Dix jours plus tard dans la demeure de Drogon.

    Notre vie est redevenue paisible depuis la fin de l'épidémie, nos récoltes ne sont pas nombreuses, je ne suis point un bon fermier, heureusement mon père pourvoit à nos besoins en apportant une petite partie de ses récoltes.

    Pour Iseult, la naissance de notre enfant devrait se produire d'un jour à l'autre, nous sommes heureux et j'espère grandement avoir un fils.

    Chapitre 93

    Ce matin, je me lève au chant du coq sans faire de bruit pour ne point réveiller mon épouse.

    Je me suis rafraîchi le visage, puis vite enfilé une tenue et pris une pomme pour calmer le bruit de mon ventre en attendant la pitance.

    Chapitre 93

    Je suis ensuite sorti m'occuper des animaux, j'ai commencé par le ramassage des oeufs, puis j'ai emmené la paille souillée pour l'épandre plus tard sur les plantations.

    C'est une longue besogne, mais si je veux nourrir ma famille je n'ai point d'autres choix.

    Chapitre 93

    À peine eus-je fini de nourrir les bêtes que la voix d'Iseult retentit pour m'annoncer que le repas m'attendait.

    Iseult était déjà installée avec notre fille, je me suis alors attablé avec elles pour le repas.

    Une fois bien rassasier, je suis sorti m'occuper des plantations, pendant qu'Iseult s'occuper des corvées.

    Chapitre 93

    La journée défila rapidement, mais celle-ci n'était pas encore finie que le ciel s'obscurcit suivi par la pluie et le bruit du tonnerre au loin.

    J'ai donc abandonné le jardin pour me mettre à l'abri dans la maison.

    Quand je suis rentré, Iseult essayée de calmer Bathilde, l'orage l'effrayer toujours, ce n'est pas une enfant très courageuse, j'avais espoir que le suivant soit brave.

    Chapitre 93

    La nuit commencé a tombé, les bourrasques étaient de plus en plus violentes, Iseult devait en permanence rester auprès de notre fille pour éviter ses hurlements.

    J'ai donc entrepris de préparer la pitance même si je détestais faire cela.

    Une fois celui-ci enfin prêt, nous nous sommes installé à table profitant du répit que Bathilde laisser à sa mère.

    Chapitre 93

    Pendant le repas, l'orage avait forci et le vent était d'une telle violence que j'avais dû à plusieurs reprises vérifier l'état de notre demeure.

    Chapitre 93

    Iseult avait de légères douleurs, pas très fortes, mais suffisamment pour laisser présager l'approche de la naissance de notre enfant.

    Je lui ai donc fait chauffer de l'eau pour un bain et je me suis assis non loin pour raconter une histoire à Bathilde et la rassurer à chaque coup de tonnerre.

    Chapitre 93

    À la sortie de son bain, les douleurs d'Iseult étaient toujours présentes, mais toujours insuffisante pour la délivrance, elle s'est alors installée auprès de nous.

    Chapitre 93

    Une fois l'histoire finie, je suis monté mettre au lit notre fille, ce ne fut pas une chose aisée, elle réclamait sans cesse sa mère et l'orage n'aidant pas, j'avais dû remonter une seconde fois pour la gronder et la remettre au lit.

    Chapitre 93

    Je suis ensuite allé rejoindre mon épouse sur le banc.

    Iseult - Tu ne devrais pas te fâcher, elle est encore petite, c'est normal qu'elle ait encore peur.

    Drogon - La peur ne l'aidera pas, il faut qu'elle apprenne.

    Iseult - Laisse la grandir à son rythme, soit indulgent avec elle, je t'en prie.

    Drogon - Je ferai un effort, je te le promets ma bien-aimée. "Dis-je en lui prenant la main tendrement"

    Je pouvais voir la fatigue sur son visage, je l'ai donc trainée doucement jusqu'à l'étage et nous nous sommes rapidement endormis.

    Chapitre 93

    Je fus réveillé aux premières heures du matin, juste avant le chant du coq par les cris d'Iseult, annonçant l'arrivée du bébé.

    Chapitre 93

    Les cris avaient très vite réveillé notre fille, j'ai donc dû laisser seule Iseult, pour m'occuper de Bathilde et la nourrir.

    Chapitre 93

    C'est à la mi-journée, après des longues heures de douleurs que la délivrance eut lieu.

    Iseult venait de me donner un fils, mais la joie fut de courte durée, voyant mon épouse sombrer, j'ai rapidement déposé mon fils dans son berceau.

    Chapitre 93

    J'ai essayé pendant un long moment de garder Iseult éveillée, mais la mort l'a finalement emmenée, emportant avec elle mon coeur.

    Chapitre 93

    ----------------------

    J'espère que ce chapitre vous à plus.

    N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage sur le blog.

    N'hésitez pas à rejoindre la page Facebook, pour être informé de chaque publication.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique