• Chapitre 10

    Je ne sais pas combien de temps, je suis resté inconscient, mais quand j'ai repris mes esprits, je me trouver dans une cellule des oubliettes du château.

    Il m'a fallu quelques instants pour reprendre totalement mes esprits, je regarde tout autour de moi, mon regard fini par se diriger vers la voix que j'entendais, c'était Aliénor, elle se trouvait dans la cellule voisine à la mienne.

    Chapitre 10

    Aliénor - Athalaric ! "Dit-elle paniquée"

    Athalaric - Ce... Cela fait combien de temps que l'on est ici ? "Dis-je désorienter"

    Aliénor - La nuit est déjà tombée depuis un moment.

    Athalaric - Combien de jour ?

    Aliénor - Non toujours la même journée. "Dit-elle d'une petite voix"

    Athalaric - Ce... Ce n'est point possible nous étions à plusieurs jours du château. "Dis-je perdu"

    Aliénor - Les chevaux ont galopé très vite, mais nous n'étions pas si loin, nous avons surement dû tourner en rond pendant un moment.

    Athalaric - Tu as vu ton père ?

    Aliénor - Non, mais il va venir bientôt d'après les gardes.
    Ils sont aussi partis chercher ton père. "Dit-elle tristement"

    Athalaric - Ils ne t'on fait aucun mal ? Et le bébé ? "Dis-je en m'avançant difficilement des barreaux"

    Aliénor - Ils ne m'ont rien fait et le bébé je crois qu'il veut s'accrocher.
    Cela va rendre les choses tellement plus difficiles, je suis désolée. "Dit-elle d'une voix brisée"

    Athalaric - Tu ne m'as point dit la vérité au sujet de ta mort, c'est cela ?

    Aliénor - Pardonne-moi. "Dit-elle les yeux au bord des larmes"

    Athalaric - Ne t'excuse pas ma douce, nous serons réuni tous les trois dans la mort, enfin quatre avec notre premier enfant. "Dis-je tristement"

    Aliénor - Non Athalaric ! "Dit-elle en pleure"

    Chapitre 10

    Au moment où j'allais lui demander une explication, des bruits de pas retentirent.

    Je voulais tellement la protéger, mais ses barreaux m'en empêche.

    Athalaric - Je ne laisserai rien t'arriver ! "Dis-je en la regardant"

    Le roi arriva accompagné d'un de ses gardes, mon père à l'arrière et une femme aux longs cheveux noirs, elle avait l'air effrayée et pourtant elle ne portait point de chaine.

    Le roi - Voilà donc ma fille après toutes ses années, je te retrouve enfin et en plus de cela accompagné d'un gueux et pas n'importe lequel, le fils de mon bourreau ! "Dit-il d'un ton froid"

    Aliénor - Père, ayez pitié. "Dit-elle suppliante"

    Le roi - Pitié d'une catin, jamais ! "Dit-il en haussant le ton"

    Athalaric - Ce n'est pas une catin ! "Dis-je en me relevant"

    Le roi - Je ne t'autorise point à prendre la parole !
    Tu seras puni en conséquence, mais avant, cela sera son tour ! "Dit-il en regardant Aliénor"

    Athalaric - Non ! "Criais-je"
    Je vous interdis de la toucher ! Elle porte un enfant, vous ne pouvez point !

    Le roi - J'en ai que faire !
    Elle sera châtiée, et si au chant du coq sa vie ne l'a point quitté, vous seraient libre, mais dans le cas contraire, la malédiction de cette sorcière fera son œuvre !

    Sorcière, fais ce que j'attends de toi et tes enfants te seront rendus !

    Et toi bourreau montre à ton fils comment est punie une princesse qui désobéit à son père, je reviendrai à l'aube, ne me décevez point, car je ne serai plus clément à l'avenir !

    La sorcière s'avança d'Aliénor et commença à réciter la malédiction.

    La sorcière - Si ta vie te quitte à l'aube de ta 22e année, vos âmes seront liées, il sera condamné à ne point mourir et à vivre à travers le temps et ne pouvoir n'aimer que toi, tu reprendras vie 100 ans après chacune de tes morts et tu périras à chaque fois à ta 22e année sous ses yeux, dans chacune de tes vies, vous serez réuni pour être à nouveau séparé dans la douleur !

    Chapitre 10

    Une fois fini elle se tourna vers le roi.

    Le roi - Tu resteras ici, jusqu'au chant du coq, tu assisteras au châtiment, tu récupéreras tes enfants uniquement à l'aube.

    Vous me ferez appeler quand tout cela sera terminé !

    Athalaric - Tuer moi, mais pitié ne lui faite aucun mal, tout est de ma faute !

    Le roi - Tu ne mourras point ! Cela serait une punition trop clémente, mais si elle vit, vous serez libre, je n'ai qu'une parole.

    Chapitre 10

    Il tourna les talons et quitta la pièce sans plus ce retourné.

    Athalaric - Père, je vous en prie, aider-nous. "Dis-je suppliant"

    La sorcière s'avança d'Aliénor et lui tendu une gourde.

    La sorcière - Buvez ceci, cela facilitera les choses.
    Mais vous savez ce que vous avez à faire, malheureusement cette enfant à décider de s'accrocher malgré votre tentative, j'en suis désolée.

    Quand Aliénor s'avança pour boire ce que contenait la gourde, la femme s'approcha et lui chuchota quelques-choses, je vis alors Aliénor acquiescée de la tête.

    Athalaric - Que t-a-t-elle dit ? "Dis-je en m'avançant des barreaux"

    Aliénor - Je t'aime tellement Athalaric, sache que je t'aimerai toujours. "Dit-elle en larmes"

    Elle s'avança alors de la porte, mon père la fit sortir et l'attacha au pilori.

    Athalaric - Père je vous en prie, ne fait point cela ! "Dis-je en criant"

    Le père - Tu aurais dû penser aux conséquences. "Dit-il en évitant de me regarder"

    Il se dirigea vers un fouet, il le prit puis rejoint Aliénor.

    Le père - Je ne fais point cela par plaisir. "Lui dit-il"

    Puis il leva le bras et lui porta le premier coup, puis un deuxième et un troisième.

    À chaque coup les cris d'Aliénor étaient de plus en plus fort, je criais de toutes mes forces, suppliant à chaque fois mon père d'arrêter, en vain.

    Chapitre 10

    Après dix coups, il s'arrêta et demanda à la sorcière de donner une gorgée d'eau à Aliénor, il s'approcha de moi un instant.

    Le pèreTu sais que je ne fais point cela par plaisir Athalaric. "Dit-il doucement"

    Athalaric - Tu pourrais nous aider à fuir, pitié, arrête de la châtier. "Dis-je avec la voix tremblante"

    Le pèreJe ne peux point faire cela, la punition serait bien plus lourde. 
    Je ferai le maximum pour qu'elle survive jusqu'au chant du coq, je ne peux point faire plus, il pourrait envoyer un garde à tout moment, je suis désolé mon fils pour ce que je fais.

    Chapitre 10

    Suite demain ;)

    J'espère que ce chapitre vous a plu. 
    N'hésitez pas à laisser un commentaire pour laisser une trace de votre passage sur le blog ou sur la page facebook pour ceux qui sont déjà abonnés. Merci.

    « Chapitre 9Chapitre 11 »

  • Commentaires

    1
    Samedi 26 Mai 2018 à 07:38

    ça va le père est encore assez clément par rapport au roi!!

    2
    Samedi 26 Mai 2018 à 11:28

    Que c'est triste ce chapitre...J'espère qu'un jour ils trouveront le moyen de contourner cette malédiction.

    3
    Samedi 26 Mai 2018 à 15:27

    Ohlàlà l'horreur...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Vendredi 1er Juin 2018 à 18:25

    snifff! trop triste être séparés dans ses conditions et surtout l'avenir sera très sombre pour eux :(

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :